“La Vie Ardente”, a poem by ÉMILE VERHAEREN (1855-1916) [PRECIOUS POETRY, #15th Edition]

Theo van Rysselberghe A Reading by Emile Verhaeren

Theo van Rysselberghe (1862-1926), “A Reading by Emile Verhaeren”

La vie ardente

Mon coeur, je l’ai rempli du beau tumulte humain:
Tout ce qui fut vivant et haletant sur terre,
Folle audace, volonté sourde, ardeur austère
Et la révolte d’hier et l’ordre de demain
N’ont point pour les juger refroidi ma pensée.
Sombres charbons, j’ai fait de vous un grand feu d’or,
N’exaltant que sa flamme et son volant essor

Qui mêlaient leur splendeur à la vie angoissée.
Et vous, haines, vertus, vices, rages, désirs,
je vous accueillis tous, avec tous vos contrastes,
Afin que fût plus long, plus complexe et plus vaste
Le merveilleux frisson qui me fit tressaillir.
Mon coeur à moi ne vit dûment que s’il s’efforce ;
L’humanité totale a besoin d’un tourment
Qui la travaille avec fureur, comme un ferment,
Pour élargir sa vie et soulever sa force.

ÉMILE VERHAEREN (1855-1916)

Read the whole poem (in French)

* * * * *

You might also enjoy:

* * * * *

Previously on Awestruck Wanderer:

Advertisements